Un candidat de téléréalité passe une IRM après avoir fait un alexandrin

People – Diana Dementeva

C’est mardi dernier vers 14h du matin que s’est produit le drame, dans la cuisine de la villa où les colocataires ont l’habitude de se rejoindre pour débuter leur journée.

« On commençait peu à peu à reprendre les embrouilles de la veille comme à notre habitude quand je l’ai vu trembler en face du frigo avant de faire un malaise. »

La production a tout de suite réagit en repassant la vidéo et c’est l’un des techniciens qui, très vite a compris la situation. Le jeune homme a fait une réaction suite à un alexandrin. Par chance, ce type d’incident est très rare mais, il peut provoquer des vomissements, des courbatures si la phrase devient trop subtile.
Il y a deux ans, une candidate avait fait des convulsions suite à une phrase de plus de 200 caractères sans avoir réalisé de fautes de liaison ni de concordance de temps. Le malheureux s’en sort avec tout de même un traumatisme crânien, il devra suivre un traitement pour se faire soigner et reconquérir l’estime de ses colocataires. Sa copine, qui réalise un parcours sans faute depuis le début de l’aventure, a souhaité s’exprimer.

« Il aurait dû tourner sept fois sa langue dans ma bouche avant de parler. »

La direction : « Ce qu’il s’est passé est grave, on ne peut pas se permettre de tenir ce genre de propos. Il y a des enfants qui regardent ! Des familles ! Nous tenons à présenter nos plus plates excuses à tous les téléspectateurs et les rassurer. »

Tous les dispositifs ont été mis en œuvre pour éviter ce type d’incident, à l’avenir nos plus belles références seront mises en avant pour garder à l’esprit l’éthique de notre émission.

  • Je peux décider de prendre une décision.
  • Cette conversation, c’était à sens unique, dans les deux sens.
  • J’ai fait un flash-back en arrière.

À présent nous devons prendre cela comme un cas d’école pour toutes les autres émissions de télé réalités. Nous n’avons pas fait d’erreur de recrutement, seulement voilà il arrive parfois qu’il y ait des dérapages.

Source : Diana Dementeva